Comment se lancer comme traducteur-interprète indépendant ?

Comment-se-lancer-comme-traducteur-interprete-independant-.jpg

Les langues sont votre passion et vous souhaitez en faire votre métier ? Et si vous avez déjà pensé à devenir traducteur-interprète indépendant, sachez que cette profession comprend deux avantages, à savoir le travail en toute indépendance et la passion des langues. Ce métier est en effet un professionnel du langage qui retranscrit des conversations ou des textes d’une langue étrangère vers sa langue maternelle avec un double objectif de fluidité et d’exactitude.

Par ailleurs, pour bien se lancer dans le métier de traducteur, il est essentiel de prendre en compte certains critères, dont la législation de chaque pays, mais aussi les contraintes d’un tel métier si par exemple vous prévoyez de créer une société.

Que dit la loi concernant les travailleurs indépendants ?

Dans certains pays comme le Royaume-Uni ou la Belgique, les travailleurs indépendants sont considérés comme des salariés soumis à la législation normale du travail. Ces derniers sont donc assujettis au même régime social que les salariés normaux. Par ailleurs, dans d’autres pays, ces professionnels profitent de dispositions spécifiques. Ceci est d’ailleurs le cas pour la France ainsi que l’Italie et l’Allemagne. Cependant, aux États-Unis, les indépendants ont fait l’objet d’une législation sévère. D’ailleurs, de nombreux états ont promulgué l’interdiction de ce type d’activité.

En France, l’auto-entreprise est un dispositif contribuant à l’allégement de différentes contraintes relatives à la création et bien évidemment à la gestion d’une micro-entreprise. D’ailleurs, il faut savoir que les traducteurs se lançant dans ce genre d’activité ont du mal à choisir le statut adapté à leur besoin.

Les dispositions à prendre lorsque l’on est traducteur indépendant

En tant que traducteur indépendant, il faut savoir que le professionnel n’est pas officiellement reconnu. En effet, cette profession est incertaine, ceci à cause de différents facteurs dont la crise économique qui entraîne l’éclatement du marché favorisant ainsi le développement du marché noir. En effet, ce métier n’est pas protégé et ne nécessite donc pas un diplôme pour exercer votre activité.

Pour toutes ces raisons, il est important de diversifier au maximum les activités et les services offerts. Donc pour les traducteurs-interprètes indépendants, il est primordial de ne pas se limiter au métier de traducteur, mais de se spécialiser dans la révision, la transcription ou encore dans le sous-titrage. Aujourd’hui, avec l’avènement d’internet, ces nombreuses activités peuvent s’étendre et donner l’ouverture à des activités nouvelles.

Quel statut choisir lorsque l’on lance son activité ?

Pour une telle activité, il est important de valoriser le métier. Ainsi, il est essentiel de choisir un vrai statut pour exercer en toute légalité et bénéficier de différentes protections sociales. Sachez que les traducteurs sont des professionnels inscrits à l’URSSAF. Cela est beaucoup plus important qu’un diplôme, car la qualité d’un traducteur est remise en cause fréquemment devant la clientèle.

Pour ceux qui veulent monter une entreprise, il leur faut définir un statut légal. Pour cela, l’idéal serait d’opter pour l’auto-entreprise qui profite du régime micro-social simplifié. En clair, le professionnel devra déclarer son chiffre d’affaires et régler ses charges sociales. Aucune avance de cotisations n’est donc pas nécessaire. En revanche, ce statut ne permet pas d’imputer un éventuel déficit sur le chiffre d’affaires de l’entreprise ou de déduire ses charges réelles.

D’autre part, il est aussi possible de choisir un statut de personne morale. Comme souligné précédemment, lors de la création d’une entreprise, il existe plusieurs formes juridiques. Et en optant un statut qui donne naissance à une personne morale, vous pourrez distinguer votre patrimoine à celui de l’entreprise. Un moyen efficace pour se protéger. Ceci est d’ailleurs, le principal avantage d’un tel statut.

Comment développer son activité ?

Aujourd’hui, il est essentiel de se constituer un répertoire pour pouvoir développer une activité. Et le métier de traducteur n’échappe pas à cette règle. En effet, il est important de prospecter pour pouvoir attirer un plus grand nombre de clients. Grâce à internet, les professionnels de la traduction peuvent aujourd’hui toucher plus de clients.

Après avoir créé votre répertoire, il est maintenant temps de diffuser votre nom afin que les clients puissent avoir recours à votre service. Pour cela, il est essentiel de disposer d’un site internet. Ceci constitue un moyen efficace pour développer rapidement votre activité.

Marie36 Posts

Je suis consultant en recrutement dans un cabinet du sud ouest, et Vocatis vise à partager des conseils et actualités liés à la formation professionnelle.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password